Actualités

Interview de Sébastien Durieux (Vice-Président de la SRIW)

Sep 30, 2020

Alors qu’est-ce qui vous a donné l’envie à la SRIW, d’investir dans le projet Industrya ?

Alors d’abord c’est le groupe John Cockerill que l’on connait. C’est un groupe important en Wallonie. Et pour nous qui sommes une société d’investissement public au bénéfice de la Wallonie, c’est vraiment un groupe super important qu’on ne pouvait pas ne pas accompagner dans ce projet. Et puis, il y a cet aspect assez original parce qu’on est à la fois dans un fonds d’investissement (ça c’est un métier qu’on connait bien) et puis il y a cette notion d’incubation, d’accompagnement, le tout en un. C’est innovateur. Donc ça nous a intéressés de pouvoir participer à ça et de voir un peu comment ces différents éléments vont pouvoir se combiner et pouvoir fonctionner pour essayer de faire grandir des projets.

D’accord qu’est-ce que vous, vous apportez avec la SRIW ?

Réponse - Alors on apporte d’abord avec notre équipe W.IN.G qui est notre équipe spécialisée dans le digital, dans la technologie de Deep-tech. On va apporter une équipe qui a une connaissance en particulier de l’accompagnement, mais surtout du financement. Parce que la SRIW, c’est d’abord le financement des projets, et donc ça va permettre aux startups de rencontrer les gens qui connaissent les acteurs du financement, qui savent comment ça se passe pour lever des fonds, comment ça fonctionne, ce qu’il faut savoir. Ça va permettre de rencontrer des fonds d’investissements avec lesquels nous travaillons ; dont nous sommes parfois des travailleurs ou partenaires. Ça va permettre aux entreprisses ou aux projets de se tester par rapport à ces fonds. Est-ce que c’est intéressant pour eux, qu’est-ce qu’il faut faire, qu’est-ce qu’il faut changer, qu’est-ce qu’il faut améliorer, et puis on peut nous-mêmes financer aux côtés d’Industrya, il est aussi prévu de financer notamment quand les projets vont grandir. Puisque la SRIW, c’est des projets de taille moyenne à supérieure. Donc si les projets se développent et grandissent bien, on besoin de plus de moyens, on pourra aussi leur apporter des moyens de financement.

D’ailleurs la SIW met sur la table cinq millions.

Réponse - Tout à fait, on fait cinq millions d’euros comme les autres partenaires. Pour les projets d’incubation, pour des projets débutants, mais on sait aussi qu’on pourra les accompagner dans la phase de scale up. On pourra les accompagner si les projets grandissent et qu’ils ont besoin de plus de moyens.

Les thématiques défendus par Industrya, c’est l’industrie 4.0, les énergies renouvelables, les nouveaux matériaux, ce sont des thématiques qui sont importantes pour vous ?

C’est vrai qu’on finance presque tous les secteurs d’activités mais c’est clair qu’on va devenir une grosse base industrielle qui doit forcément se moderniser parce que l’industrie aujourd’hui, c’est quelque chose qui est compliqué, c’est quelque chose où il y a beaucoup de concurrence internationale. Et donc on a besoin d’une industrie qui soit à la pointe de l’innovation. Et donc les démarches d’industrie 4.0 évidemment sont très intéressantes. L’énergie nouvelle, on est très engagé dans les processus à la fois de production d’énergie renouvelable, mais aussi pour accompagner les entreprises dans leur transition énergétique ; c’est quelque chose qu’on a mis en avant dans notre plan stratégique: accompagner l’entreprise dans la transition énergétique. C’est quelque chose qui est vraiment important pour nous.

Industrya en un mot?

Je dirai que c’est innovant, innovant et innovation. Innovant dans son modèle et Innovation dans ses objectifs.

Si vous aviez un conseil à donner à la personne qui voudrait débuter un projet ?

Je pense qu’il faut se lancer. C’est toujours un peu le principe de la startup, il ne faut pas hésiter à se lancer parce que en plus avec Industrya, les entrepreneurs ou les porteurs de projets vont trouver à la fois du financement mais aussi de l’incubation et de l’accompagnement. Et donc c’est ce qui peut un peu faire peur aux porteurs de projets, ils ont une belle idée mais ils sont parfois un peu seuls pour gérer tous les aspects. Alors leur idée est bonne mais il faut gérer tous les aspects organisationnels, juridiques etc. Et ici, ils vont trouver des équipes à la fois techniques pour les aider sur les questions techniques, mais aussi pour les aider sur l’accompagnement. Donc je pense que ça doit rassurer ceux qui ont les bonnes idées mais qui, peut-être, hésitent à se lancer, c’est de trouver tout cet environnement, tout cet accompagnement autour d’eux pour lancer leurs projets.